Benjamin LAYANI (Bengous) : « Du dégoût, de la haine et de la tristesse… »

« Labrune ? je ne sais même pas s’il se rend compte qu’il nous prend pour des cons… » Il y a deux semaines, Benjamin Layani alias Bengous, laissait éclater sa colère. Un sentiment partagé par un peuple tout entier, lassé par des derniers mois catastrophiques où l’inexplicable se mêle à l’intolérable. Ce mardi, le plus connu des supporters marseillais est revenu sur la défaite de son « OM » face à Bastia, mais a également tenu à appeler le public au calme, à quelques jours d’un rendez-vous chaud bouillant face aux Girondins de Bordeaux…

 

Benjamin, qu’as-tu ressenti dimanche au coup de sifflet final, après la nouvelle défaite de l’OM à Bastia (2-1) ?

Encore une fois, j’ai eu du dégoût, de la haine et de la tristesse. Après deux semaines de trêve, je pensais qu’ils allaient se réveiller. Heureusement que l’on ne s’est pas ennuyé avec l’Equipe de France, elle nous a fait plaisir. Mais bon, les joueurs qui sont restés sur Marseille, j’espérais qu’ils aient pris conscience de ce qu’il se passe, qu’ils nous montrent que c’était encore possible de croire en eux. On est à seulement six points de la relégation, ce n’est pas possible. Il n’y a plus l’espoir d’accrocher la Coupe d’Europe, sauf avec la coupe. Je pensais vraiment qu’éventuellement, ils pourraient faire quelque chose à Bastia. Même pas… Mais bon, même si ce sont eux qui sont sur la pelouse, les plus grands fautifs, ce sont les dirigeants.

Quand tu as vu que Michel partait avec Vincent Labrune pour rencontrer Margarita Louis-Dreyfus, tu t’es dit que les choses allaient bouger ?

Evidemment. Mais en fait, non. C’est reparti pour l’obscurité, ça devient très grave. Au moins, à la fin du match, je me suis dit que les choses allaient bouger. Ils sont partis se faire une soirée entre amis, entre milliardaires peut-être. Ils sont montés pour rien puisqu’aucune décision n’a été prise. Avec les résultats que l’on a, on attendait au moins quelque chose pour Michel, c’était le minimum. Il y a bien longtemps qu’il ne devrait plus être là. On nous parle encore de millions d’euros, c’est n’importe quoi. Même en Excellence ou en Pré-Honneur, un mec qui a ces résultats se serait fait virer depuis des mois. Finalement, Michel et Labrune sont toujours là, Margarita prend son temps comme s’il n’y avait pas urgence. Mais il n’y a plus le temps, il faut des décisions directes. Si elle n’a plus envie, qu’elle lâche tout et qu’on envoie le chapitre deux. On est bloqué dans le chapitre un depuis déjà trop longtemps.

Plusieurs anciens de l’OM comme Eric Di Meco, que l’on a entendu sur RMC, sont vraiment attristés par la situation du club…

C’est normal, évidemment que l’on est triste. Di Meco, c’est un vrai, il a gagné la Coupe d’Europe. Ce n’est pas « je », c’est « nous ». Tout le peuple marseillais est désabusé. Des plus jeunes au plus vieux, on est dépités. Des supporters d’autres clubs nous soutiennent sur Facebook. Il y a plein de gens qui ne sont pas cons et même s’ils supportent un autre club, ils disent que c’est dramatique ce qu’il se passe à l’OM. On dirait que les dirigeants attendent que ça explose. Comme je l’ai dit dans mon débrief, et même si je ne le souhaite pas, il va y avoir une révolution. Plus on approche de la fin du championnat, plus ça devient chaud.

Justement, le prochain match de l’OM au Vélodrome s’annonce bouillant…

J’ai vu que certains veulent envahir le stade, je suis totalement contre. Ça ne servira à rien, à part avoir des répercussions sur nous. Il va y avoir dix ou quinze personnes qui vont vouloir faire les cons, mais ce sont tous les supporters qui vont morfler. Après, c’est clair que quand tu es au stade et que tu vois ce spectacle, tu as envie d’aller courir sur la pelouse pour montrer ta colère. Mais il ne faut surtout pas faire ça, à part nous faire passer pour des comiques, ça ne nous apportera rien. Je regarde beaucoup ce que les groupes de supporters disent. On verra comment ça se passe dans les prochains jours. J’entends parler du boycott, peut-être que ce serait une bonne idée.

Tu es prêt à déserter le Vélodrome pour ce match ?

Je vais voir. S’il y a un appel à tous les supporters de l’OM de ne pas y aller, je ferai comme tout le monde, même si on bande pour ça et que j’habite à dix mètres du stade. Pour moi, ce n’est pas grave, mais le mec qui fait 400 ou 500 kilomètres pour venir… Je ne sais vraiment pas comment ça va se passer. Normalement, le dimanche soir, c’est le match que tu attends. Tu es heureux d’aller au stade. Là, OM / Bordeaux, quelle tristesse.

En tout cas, la victoire sera impérative face à Bordeaux…

Ça fait des mois que l’on dit que la victoire est impérative. Mais qu’est-ce qu’ils vont faire sur le terrain ? Je n’ai pas les crampons et les protège-tibias, on ne peut rien faire. La situation est critique, on verra comment ça va se passer dimanche.

Propos recueillis par Bérenger Tournier

Crédit Photo : sport24.lefigaro.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s