Mickaël PAGIS : « Bielsa ? Ce que recherchent les supporters de l’OM… »

Son parcours est atypique mais que sa fin de carrière fut belle. A 28 ans, lorsqu’il effectuait ses premiers pas en Ligue 1, Mickaël Pagis était sûrement loin de s’imaginer qu’il rattraperait le temps perdu pour rentrer en seulement quelques saisons dans le cœur des amoureux de football. Doté d’une technique et d’un sens du jeu supérieurs à la moyenne, le joueur formé au Stade Lavallois est rentré dans la légende marseillaise en devenant en à peine quelques mois le chouchou du Vélodrome. De « Pagicien » à « Pagistral », les superlatifs ne manquent pas pour cet attaquant aussi doué sur le pré que sur le sable. Du niveau du football français au Beach Soccer en passant par Marcelo Bielsa, Mickaël Pagis s’est livré en toute objectivité. Entretien…

 

Mickaël Pagis, quel est votre regard sur le football français ?
Si on le compare avec les autres championnats européens, je pense que l’on est un peu en dessous. Le football français est à dominante défensive, il y a très peu de prise de risque et donc de but. On va dire que c’est un football un peu frileux.

Durant toute votre carrière, vous étiez un joueur très esthétique qui aimait se projeter vers l’avant. Avez-vous la sensation qu’au cours des dernières années, l’aspect défensif est devenu une priorité ?
J’ai arrêté ma carrière il y a six ans. Si l’on revient un peu en arrière, il y avait également des matchs défensifs où il fallait surtout défendre son but à défaut d’en marquer. Malgré tout, je pense qu’il y a actuellement moins de joueurs créatifs, à l’inverse de ceux qui ont une dominante athlétique. Je l’avais déjà ressenti dans mes deux ou trois dernières années. J’avais du mal à rivaliser face à ces joueurs très physiques, cela s’est confirmé par la suite.

Est-ce la faute des entraîneurs qui font jouer leur équipe avec une volonté avant tout défensive, ou à notre formation qui forme des joueurs à vocation défensive ?
Les deux. Quand j’ai été éducateur au Stade Rennais, j’ai vu que l’on insistait beaucoup sur le plan défensif, et pas seulement à destination des défenseurs. Les attaquants étaient également conditionnés pour ne pas prendre de but. Après, par rapport à tous les enjeux financiers, nous avons des entraîneurs qui verrouillent peut-être un petit peu plus. L’enjeu prend parfois le dessus sur le jeu.

A l’OM, Marcelo Bielsa a laissé un souvenir très positif. Qu’avez-vous pensé de la méthode et du jeu de Bielsa ?
Avec Bielsa, nous avions droit à un football très spectaculaire, porté vers l’avant et de ce fait beaucoup moins calculateur. Je pense que ce style de jeu correspondait parfaitement à l’emblème du club : « droit au but ». C’était exactement ce que recherchent les supporters de l’OM.

C’est un entraîneur que vous auriez aimé avoir ?
Complètement. On a forcément envie d’avoir des entraîneurs qui demandent d’aller vers l’avant et de prendre des risques. Après, il faut également être capable de trouver un équilibre. Dans ma carrière, j’ai connu des joueurs qui adoraient défendre, ils n’était pas violents mais adoraient le contact défensif. C’est important d’avoir des garçons de ce genre pour garantir cet équilibre. Cela permet aux joueurs qui sont créatifs d’avoir plus de libertés.

Vous avez la particularité d’avoir découvert la Ligue 1 à 28 ans. Si vous aviez évolué dans un autre championnat où la technique était plus importante, auriez-vous démarré plus tôt dans l’élite ?
Peut-être, on ne saura jamais, on a tous notre histoire. D’autant que si j’ai explosé assez tard en France, c’est également peut-être de ma faute. J’ai sûrement progressé plus tard que les autres. Après, est-ce que j’aurais eu ma chance plus tôt en Espagne, en Allemagne ou en Angleterre, je ne sais pas. Des entraîneurs m’auraient peut-être fait confiance mais on ne saura jamais. Après, il ne faut pas tout jeter, la culture française est bonne. Quand je vois la philosophie du championnat italien il y a quelques années où l’on ne pensait qu’à défendre, je ne pense pas que l’on en soit là.

Vous avez été éducateur de jeunes au Stade Rennais. Est-ce une voie qui vous attire ?
Si j’avais vraiment voulu percer dans ce métier, j’y serais encore. Après, il ne faut jamais dire jamais. On évolue, peut-être qu’un jour, j’aurais envie de tenter ma chance. Certains aspects du métier d’entraîneur me plaisent, d’autres moins.

Comme beaucoup de joueurs professionnels, avez-vous eu un « coup de blues » à la fin de votre carrière ?
Non, pas du tout, j’ai même apprécié ce moment. Je m’y étais préparé puisque pendant ma dernière saison, je ne faisais que les entraînements au Stade Rennais. Je ne cache pas que ce n’est pas simple au début, mais globalement, ça s’est très bien passé puisque j’étais prêt.

Un mot également sur le Beach Soccer puisque vous avez été international à de nombreuses reprises…
Le Beach Soccer est en train de se développer. La sélection a fait de très bons résultats cette année, notamment grâce au travail de Stéphane François, qui est très compétent. Et puis il y a des joueurs qui s’investissent et qui font beaucoup de choses pour faire progresser la discipline. Je pense par exemple à Anthony Barbotti, qui fait du très bon boulot. Personnellement, j’ai également créé des stages en Bretagne pour montrer aux gens que le Beach Soccer pouvait être totalement complémentaire du football. Ce sont grâce à ces petites choses que l’on poursuivra ce développement. C’est un sport qui mérite d’être connu.

Enfin, êtes-vous heureux du rachat de l’OM par Frank McCourt ?
Oui, la Ligue 1 a besoin d’avoir un OM en haut du classement et en Ligue des Champions. Je pense malgré tout que ça peut prendre du temps, on ne construit pas une équipe du jour au lendemain, même si les moyens vont forcément aider. Pour tous les passionnés de ce club, c’est très dur de voir l’OM dans cette situation. La vente est une bonne chose, il faut passer par là.

L’OM en Ligue des Champions, Sochaux et Strasbourg en Ligue 1, vous signez ?
Oui ! Ce sont des clubs où j’ai passé de supers moments. J’ai vraiment envie de les revoir en haut.

Propos recueillis par Bérenger Tournier

Crédit Photo : sport.gentside.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s