Hatem Ben Arfa, sa dernière chance…

Il y a des symboles qui dépassent le cadre du hasard. En 2004, Hatem Ben Arfa découvrait la Ligue 1 sous le maillot de l’Olympique Lyonnais en affrontant… l’OGC Nice. Depuis, l’enfant prodige n’est jamais parvenu à confirmer tous les espoirs placés en lui.

Qui aurait dit qu’en douze ans de carrière professionnelle, Hatem Ben Arfa ne porterait le maillot des Bleus qu’à quinze reprises pour seulement deux buts ? Pourtant, ses qualités auraient pu faire du natif de Clamart l’un des meilleurs joueurs de la planète. Tout le monde est unanime, de ses coéquipiers à ses entraîneurs, HBA est incontestablement l’un des joueurs les plus doués techniquement au monde. Si Hatem a évidemment une part importante de responsabilité dans cet échec, le football français doit également en tirer des leçons. Lancé dans le grand bain à 18 ans, la pépite lyonnaise aurait dû être protégée, encadrée et gérée de très près. Malheureusement, et comme cela a souvent été le cas, l’impatience et la pression qui ont été mises sur ce jeune joueur ont eu raison de son formidable talent.
Malgré sa magnifique et éphémère saison dernière à l’OGC Nice et après des années de désespérance en Angleterre, HBA est une nouvelle fois en difficulté. Dimanche encore, c’est sur le banc de touche qu’il a suivi le match nul de ses coéquipiers face à l’Olympique de Marseille. Après toutes les déconvenues qui ont émaillé sa carrière, il peut être légitime de s’interroger sur ce choix de venir au Paris Saint Germain, dans un contexte beaucoup plus difficile et où la concurrence est forcément bien plus importante. L’année dernière, sur la Côte d’Azur, l’homme aux 17 buts en championnat était la grande star de son équipe, reconnu et traité comme tel. Pendant près d’un an, et son retour chez les Bleus en est également le symbole, la Hype Ben Arfa a déferlé sur la France et l’opinion s’est de nouveau mise à l’aimer. S’il n’y a évidemment pas qu’un seul coupable dans l’explication de ce mauvais début au PSG, il est légitime de s’interroger sur l’investissement d’HBA aux entraînements, sur ses problèmes de poids de début de saison, ou encore sur la pression mise par son « entourage », dont les effets seront inéluctablement contraires à ceux attendus. Dans ce contexte parisien, HBA l’hyper sensible est-il capable d’être l’un des cadres techniques de cette équipe ? Rien n’est moins sûr. D’autant que si le rôle de Claude Puel dans son éclaircie niçoise était prépondérant, ses relations avec Unaï Emery ne sont pas au beau fixe. Or, ce dont a absolument besoin Hatem Ben Arfa, c’est la reconnaissance, la confiance et le plaisir. Et ce plaisir, il n’est pas certain qu’il en trouve dans la concurrence qui est celle d’un club comme le Paris Saint Germain. En tout cas, pas dans l’immédiat. Si la situation venait à perdurer, il ne serait pas surprenant d’entendre poindre les premières rumeurs d’un éventuel transfert dès cet hiver. Si tel est le cas, Hatem Ben Arfa devra absolument faire le bon choix afin de retrouver ses sensations et enfin relancer une carrière qui aurait dû être bien différente. S’il n’est plus possible de parler de lui comme d’un espoir du football, le football a encore l’espoir de voir ses œuvres au plus haut-niveau. Hatem, c’est à toi de jouer. Et aujourd’hui, à 29 ans, c’est à quitte ou double…

Bérenger Tournier 

Crédit Photo : Sportune

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s