Julien CAZARRE : « Je crois que Jourdren ne le prend pas hyper bien »

La terreur des joueurs de Ligue 1. Si ce petit surnom pourrait tout à fait convenir à Tony Chapron ou Bartolomeu Varela, il peut également correspondre à Julien Cazarre. A 41 ans, l’humoriste de Canal + revisite chaque semaine le championnat français à travers un humour décapant et des punchlines toutes plus drôles les unes que les autres. Malgré un personnage forcément clivant, ce grand supporter du PSG peut compter sur un public fidèle et de plus en plus nombreux. Alors si vous pensez depuis des mois que Marquinhos est international marocain ou que Leonardo Jardim a réellement ouvert une entreprise de maçonnerie, c’est à cause de cet homme là. Entretien avec un humoriste pas vraiment comme les autres…

 

Julien, il y a quelques jours, tes anciens camarades du Super Moscato Show ont dit à la radio que tu avais rejoint Coluche depuis cet été. C’est comment là-haut ?
Coluche va très bien, le Général de Gaulle est en pleine forme et il fait très beau. On se croirait presque à Marseille.

Tu es la grande star de J+1 avec ta rubrique de fin d’émission. C’est beaucoup de travail ?
Ce n’est pas l’usine mais c’est vrai qu’on bosse pas mal. C’est plus difficile qu’avant car on a trois matchs en moins. Même si on reçoit des images tout au long de la soirée de dimanche, je ne peux pas trop compter dessus au cas où on n’ait pas grand chose. Les trois quarts du boulot se font avec les matchs du vendredi et du samedi.

Dans tes rubriques, tu peux te retrouver face à des très bons clients comme Palmieri, mais également face à des joueurs beaucoup plus fermés. Pour toi, c’est quoi le profil type du joueur que tu veux avoir en face de toi ?
Les mecs gênés, c’est le pire. Quand Palmieri m’en envoie une dans la gueule en disant que je me prenais pour un comique, c’est parfait. C’est ce qui donne de la vie au truc, si le mec en face de toi est juste là pour être une victime, ce n’est pas la peine. Même s’il était très sympa pendant l’émission, il y en a un qui avait vraiment une tête de victime pendant toute la rubrique, c’était Oniangue. Il était dans une peur totale, il y avait un vrai décalage donc c’était forcément moins drôle. Le joueur que l’on invite, il faut que l’on se moque de lui mais gentiment. Lui, c’est le roi de l’émission, nous devons être ses bouffons. Si on n’est autre chose que les bouffons, c’est moins marrant.

Tu as déjà senti que ça ne passait pas avec l’un de tes invités ?
Et bien oui, le roi de la Ligue 1 justement. Le roi depuis dix ans, celui qui est dans un club mal-aimé et paranoïaque.

Aulas ?
Mais bien-sûr ! C’est un mec qui fait un boulot exceptionnel dans son club mais en terme de communication, c’est une leçon de ce qu’il ne faut pas faire. C’est dommage parce qu’à côté de ça, le club n’est pas fermé et a permis à Ghezzal ou Jallet de venir à l’émission. Je ne vais pas tomber dans le panneau de diaboliser Aulas mais c’est dommage. Le mec construit son stade, le club lui appartient et a de supers jeunes, l’OL pourrait être un club très populaire comme l’était Nantes il y a quelques années. Si on suit la logique, ce devrait être le méchant PSG et le gentil Lyon ; mais il s’est démerdé pour que les gens n’aiment pas son club. En tout cas, quand il est venu, il a joué le jeu, mais je ne l’ai pas senti très à l’aise. En même temps, il n’a certainement pas l’habitude qu’on lui rentre dans la gueule de cette façon.

Alors qu’à l’inverse, on se souvient que tu as beaucoup rigolé avec des joueurs comme Dabo ou Boudebouz ?
Ce sont des supers clients, ils jouent le jeu à mort. C’est pareil pour Valère Germain et bien d’autres, il y en a plein.

Comme Ruffier et Jourdren par exemple ?
Je crois que Jourdren ne le prend pas hyper bien. C’est vrai que je le fais passer un peu pour un « teubé » (sic). Mais je ne fais pas Jourdren tel qu’il est maintenant, j’essaye de faire celui de Clairefontaine. Ruffier, c’est pareil, je ne l’imite pas du tout. Dans ces cas là, ça ne me dérange pas car je n’ai pas l’impression de me moquer d’eux. Là où j’étais à la limite et que j’étais d’ailleurs très content d’arrêter, c’était Ahamada.

Justement, tu as déjà senti que tu allais trop loin ?
Je ne sais pas, peut-être la sextape de Valbuena où j’avais passé le nain, c’était un peu trash. Après, honnêtement, je ne vois pas. Et puis je ne suis pas totalement déraisonné. Par exemple, l’OL a fait dernièrement un coup d’envoi avec un gamin chauve car il fait une chimiothérapie. J’adore l’humour noir mais je n’en ai pas fait ce soir là. Parfois, tu te dis, est-ce que pour une blague, ça vaut le coup d’aller aussi loin ?

Tu as d’ailleurs fait une blague à Palmieri il y a deux semaines et il s’est trouvé que tu parlais de son fils !
Oui, mais c’est vraiment un très bon mec. On est allé boire un coup après, il est super sympa. La plupart des joueurs que nous recevons sont cools, Saint Maximin était au top par exemple. Il ne faut pas croire que tous les footeux sont des débiles. Quand François Hollande a eu ses déclarations sur les footeux, c’est super démagogique. C’est comme si tu disais que les politiques étaient tous des connards (sic) à cause de Cahuzac. Après, c’est vrai qu’il y a un phénomène de groupe qu’il ne faut pas oublier car quand les mecs sont seuls, ils sont vraiment au top. Parfois, onze joueurs pas trop mal vont faire une entité de cons (sic), mais si tu les prends un par un, ils sont agréables.

Comme dans toutes les corporations…
Oui, c’est vrai, mais le football est quand même très particulier. On parle de mecs qui gagnent plus que leur patron.

Tu as changé de regard sur les joueurs depuis que tu les côtoies à J+1 ?
Oui, forcément. Mais je suis toujours surpris parce qu’à part les grosses vedettes, pas mal de joueurs me serrent la main comme si c’était moi la star. Moi, je suis juste un mec qui fait des blagues, les stars, ce sont eux. Moi, quand je vais au stade, je suis toujours un gamin. Je ne suis pas du tout blasé. Entre ce que tu imagines des joueurs et ce que tu vois, il y a une vraie différence. En fait, ce sont juste des gars qui demandent à être normaux. Mais le contexte fait que ce n’est pas évident. J’ai aussi connu pas mal de joueurs qui voudraient être normaux mais qui ont une telle pression que l’on peut avoir des avis négatifs sur eux. On va parfois te reprocher de ne pas parler et de faire de la langue de bois et le lendemain, on va faire une polémique sur une petite déclaration parce que tu as répondu à une question. Ils ne sont pas tous préparés à ça.

Sur ces polémiques, les journalistes sont également coupables…
C’est beaucoup plus compliqué qu’une histoire de coupable ou non. Chaque joueur a une identité différente et une manière de communiquer qui va évoluer. L’avantage pour moi, c’est que j’ai un rôle très à part parce que je ne suis ni joueur, ni journaliste. Je suis un OVNI dans ce milieu.

Tu as quand même assez de pouvoir pour faire virer Stéphane Guy de J+1…
J’ai fait ce que j’ai pu parce qu’il était devenu vraiment insupportable !

Revenons un peu au match entre le PSG et l’OM. On imagine que tu as dû être très heureux pour tes amis marseillais…
Ça me rappelle Calais qui a réussi à battre Bordeaux en finale de la Coupe de France. On a vu une très belle équipe de CFA2 faire un magnifique exploit au Parc des Princes en ramenant le nul. J’ai reçu des dizaines de messages de mes amis marseillais pendant le match, ces mêmes qui n’ont absolument aucun discernement et qui sont dans un état de profonde démence. Il faut dire qu’ils ont battu Clermont au terme d’un superbe match, j’ai même peur que ça commence à aller mieux avec Garcia. Pour être sincère, je suis content parce qu’il faut que Marseille soit un vrai concurrent. Comment tu peux détester l’OM actuel ? Ça n’a aucun sens. Ce que l’on veut, c’est un Classico avec deux équipes de qualité. Quand il y avait les Valbuena, Ayew ou Gignac, chaque match contre Marseille était chaud. On avait toujours une petite appréhension.

Tu es donc prêt à voir l’OM terminer en tête de la Ligue 1 devant le PSG ?
J’espère être vivant pour voir ça. Si j’ai la chance de le vivre, c’est que la médecine aura fait des progrès formidables. Ce serait génial, peut-être que mes petits-fils le verront.

Un mot également sur le PSG, qui vit un début de saison compliqué. Tu es inquiet ?
Non, pas du tout parce que je m’y attendais. Je ne faisais pas partie des mecs qui pensaient que si Blanc n’était pas là, on serait Champions d’Europe depuis deux ans. Il avait certainement des lacunes et des limites mais il a tout de même construit une équipe qui avait des certitudes. Pour moi, Emery découvre un nouveau métier. A Séville, il n’avait pas une équipe qui devait absolument dominer son championnat. L’année dernière, il pouvait aligner n’importe quel joueur, on ne lui disait rien. A Paris, si tu ne mets pas le mec qui t’a coûté 30 millions et que tu préfères aligner Ikoné, tu te fais défoncer. Il va falloir qu’il s’adapte et qu’il tienne, même s’il a déjà fait quelques ajustements. Mais justement, quelle est sa valeur ajoutée s’il revient au même fonctionnement que l’année dernière ?

En tant que grand fan du PSG, tu préférais l’époque Pancrate ou Ibra ?
Ils me font marrer les mecs qui préféraient l’époque Pancrate. J’y étais au stade, je voyais très bien ce qu’il se passait. Quand ils étaient menés à la pause, les joueurs se faisaient insulter et conspuer par tout le stade.

Au-delà du PSG, tu aimes vraiment le football ?
Avant tout, je suis un beauf. Ma passion a toujours été le football, mais je n’étais pas assez scolaire pour faire du journalisme et pas assez doué pour faire du foot. Parfois, je m’interdis même de regarder quelques matchs.

Tu n’as quand même pas regardé Clermont – OM en Coupe de la Ligue ?
Putain, si… J’étais avec ma gonzesse (sic), on a commencé à regarder un truc et quand elle s’est endormie, j’ai vite mis le match. Mais j’avoue que j’ai regardé ça avec un état d’esprit assez malsain. Quand j’ai vu Clermont marquer, je me suis dit que ça sentait bon la carotte.

Propos recueillis par Bérenger Tournier

Si vous êtes friand de l’humour de Julien Cazarre, n’hésitez pas à acheter « Footage de gueule », la bande dessinée qu’il a écrite avec Jack Domon parue ce vendredi 28 octobre 2016. Un vrai régal…

Crédit Photo : img1.telestar.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s